France: 2 agents de la sûreté ouvrent le feu sur un homme

France: 2 agents de la sûreté ouvrent le feu sur un homme

Gossipeople a appris du parquet de Pontoise que deux agents de sécurité ferroviaire qui ont tué un homme avec un couteau et menacé un homme près de la gare d’Ermont-Eaubonne (Val-d’Oise) mercredi ont été déférés vendredi au juge d’instruction afin d’engager des poursuites. eux. Avant de partir, deux agents de la brigade de sécurité ferroviaire de Suger ont utilisé leurs armes pour abattre un homme haïtien de 36 ans qui avait menacé des passagers avec un couteau à la gare. La rue n’a fait aucun mal.

« Menace extrême » pour les enfants À des fins d’enquête, cinq agents ont été immédiatement interpellés après l’incident dans les locaux de la police judiciaire de Cergy mercredi après-midi. Le lendemain, trois d’entre eux sont sortis gratuitement. A la demande du parquet, les deux autres ont été déférés vendredi soir au juge d’instruction.Le parquet a estimé que la question de savoir si l’intervention était “légale” se posait. Vers 15h45 mercredi après-midi, l’homme a d’abord brandi une arme blanche en direction des passagers qui attendaient le train sur le quai de la gare d’Ermont-Eaubonne en région parisienne. Selon des sources policières, il a été poursuivi par la police à l’extérieur du commissariat.

Ensuite, il a rencontré un groupe de 11 élèves du primaire et deux guides touristiques près d’un centre de divertissement. Selon la SNCF, l’homme d’une trentaine d’années était “extrêmement menaçant” envers l’organisation, ce qui a poussé des agents à intervenir. Décrit comme “bord” Une source proche de l’enquête a déclaré qu'”il a touché un enfant” mais n’a pas utilisé de couteau et n’a causé aucun mal. “Il a dit : ‘Tuez-moi, ou je vais en tuer un.’ Nous étions deux ou trois secondes avant la catastrophe.”

Mercredi soir, une vidéo amateur diffusée sur les réseaux sociaux montrait que l’homme était très proche des enfants. Ce dernier s’est échappé avec l’aide de ses compagnons et a été abattu. Il a été abattu de cinq et quatre balles, et il est décédé peu de temps après l’incident. Selon des sources proches de l’enquête, l’homme a été qualifié de “personne marginale” et sa dernière adresse connue était l’adresse de l’hôtel social.

Leave A Reply

Your email address will not be published.

*

code