L’éboueur n’est pas un sous-homme!

0
Voilà la réalité du ramassage d’ordures par les ânes au Sénégal:
Des charretiers sans équipement et exposés à toutes les intoxications et infections avec des salaires dérisoires.
Des animaux surchargés, mal nourris.
Des ordures déversées en pleine nature en l’absence de décharges publiques dans les régions. Rien d’écologique!
Vouloir comparer le projet écologique d’utilisation des ânes par quelques communes en Occident avec ce qui se passe au Sénégal, relève ou de la méconnaissance ou de la mauvaise foi primaire.
Vous ne dirigerez jamais vos enfants dans ces métiers, ni ne laisserez ces braves charretiers épouser vos filles. Arrêtez l’hypocrisie!!!
À la limite, si l’État avait accompagné le projet 1 jeune 1 âne, d’une véritable politique de traitement des ordures, avec des décharges publiques dédiées, du recyclage, du matériel de protection adaptés pour les jeunes (masques, gants, tenue, bottes), de charettes couvertes pour suppléer nos mauvaises habitudes de jeter les ordures en vrac, d’une convention collective qui garantisse aux jeunes une couverture sociale, maladie et de retraite….
Voilà les préalables qui existent dans les pays européens que vous citez en exemple. Ce métier des ordures est dangereux pour la santé, ne protégez pas vos enfants pour en exposer d’autres. En France, un éboueur débutant gagne 1700 euros, presque 1 millions de Fcfa.
C’est plus qu’un salarié débutant de Auchan ou Carrefour France.
Un métier rendu attractif et très couru à cause des conditions de travail améliorées, des primes diverses (nuit, froid, chaleur, risques…) et retraite anticipée car métiers dangereux.
On ne rentre pas dans la modernité à reculons. Autrement, on a les chevaux et les ânes et pourtant Macky a acheté un TER.
Leave A Reply

Your email address will not be published.