La rhétorique du terrorisme: ce chiffon rouge trop agité actuellement

0

Le ministère du Tourisme annonce d’une façon tonitruante sur sa page Facebook qu’il vient d’arrêter un aéronef suspect qui survolait Ziguinchor sans autorisation.

Cheikh Tidiane Gadio, ancien ministre et spécialiste du Terrorisme, vient de confirmer l’existence de cellules dormantes des forces occultes prêtes à frapper le Sénégal.
Si toutes les autorités confirment l’existence de ces forces occultes, variant de cellules jihadistes dormantes de Gadio aux rebelles du Mfdc selon Madiambal, pourquoi personne ne les arrête diantre?
La communication gouvernementale autour de cette question sérieuse doit être la plus contrôlée et la moins éparse. Le sujet est sérieux et grave et ne se discute pas sur la presse de façon récurrente, alarmiste et alarmante.
Les politiciens qui agitent d’une façon quotidienne cette question doivent comprendre qu’ils font fuir les investisseurs. Le manque à gagner économique peut-être important. Il ne faudrait surtout pas alourdir la prime de risque du Sénégal avec cette communication outrancière autour du terrorisme.
Si apparemment tout le monde connaît la localisation de ces cellules dormantes, informez les forces de défense et de sécurité qui les démanteleront sans bruit ni publicité.
Le plus curieux dans la déclaration de Gadio, c’est qu’il nous dit que seul un sursaut national peut sauver le Sénégal. La France, les Usa, la Grande Bretagne ont tous été touchés par ce fléau du terrorisme sans qu’aucun sursaut national n’ait été invoqué comme bouclier permettant de s’en prémunir.
Gadio est très maladroit. Il nous dit presque arrêtez les manifestations, autrement, les forces occultes pourraient en profiter pour frapper le Sénégal.
Chers politiciens, laissez les autorités policières et militaires gérer sereinement et efficacement la menace terroriste et de communiquer convenablement, si elles estiment celle-ci imminente.
Qu’Allah préserve notre Sénégal et la sous-région.
Leave A Reply

Your email address will not be published.